AUDIT INTERNE – AUDIT DE LA FRAUDE l FORMATIONS PRATIQUES HEBDOMADAIRES EN LIGNE OU PRESENTIEL

Savez-vous élaborer un programme de travail pour détecter ou prévenir des fraudes ? Plus spécifiquement, savez-vous mettre en place un dispositif de maîtrise efficient du risque de fraude au niveau de la caisse ?

Avez-vous connaissance des normes qui régissent la fraude selon le CRIPP ? Saviez-vous que votre entité doit mettre en place un dispositif de gestion du risque de fraude ? Pourriez-vous définir la fraude ?

Sauriez-vous répondre à votre prochain entretien sur le rôle des auditeurs et de la direction dans la gestion du risque de fraude ?

Nous avons élaboré la formation sur l’audit de la fraude afin de repondre à ces problématiques.

Bonjour. Nous vous remercions de parcourir la page afin de prendre connaissance des informations sur la formations :

  • Bonus de formation
  • Programme de formation
  • La galerie image (contenu en image des manuels de formation)
  • Questions/réponses sur la fraude

Nous contacter pour une formation, un coaching ou nos logiciels d’audit interne :

Mobile / WhatsApp  : (+225) 05 44 13 07 98
Email :  ohada@formation-comptabilite-audit.com I ohada.finance@gmail.com 

Formations pratiques hebdomadaires, en ligne ou présentiel. Inscription : LIEN.

  • TELECHARGEZ (6) BONUS : PROGRAMME DE TRAVAIL DE LA FRAUDE SUR LA CAISSE, CARTOGRAPHIE DES RISQUES SUR LA CAISSE, AUDIT DE L’ENVIRONNEMENT DE CONTROLE ETC. : LIEN
  • TELECHARGEZ LA PLAQUETTE DE FORMATION  : LIEN
  • TELECHARGEZ LA PLAQUETTE DES LOGICIELS AUTOMATISES D’AUDIT  : LIEN
  • TELECHARGEZ LA PLAQUETTE DE FORMATION ET LOGICIEL D’EXAMEN CIA : LIEN

A. FORMATIONS ET LOGICIELS ASSOCIES 

B. PROGRAMME DE FORMATION – AUDIT DE LA FRAUDE

I. Généralités sur la fraude
1. Définition de la fraude
2. Définition des facteurs de risque de fraude
3. Définition du risque de fraude
4. Enjeux de la maitrise de la fraude

II. Normes d’audit relatives à la fraude
1. Norme 1220
2. Norme de mise en œuvre 1220.A1
3. Norme de mise en œuvre 1210. A2
4. Norme 2210
5. Norme de mise en œuvre 2210.A2
6. Norme de mise en œuvre 2120.A2

III. Rôle et responsabilité dans la gestion de la fraude
1. Opérationnels
2. Direction générale
3. Comité d’audit
4. Conseil d’administration
5. Audit interne
6. Contrôle interne
7. Inspection

IV. Dispositif de maitrise du risque de fraude
• Manuel des procédures
• Cartographie des risques
• Base des incidents
• Formation à la prévention de la fraude
• Sensibilisation à la prévention de la fraude
• Fiches de postes
• Organigramme
• Principe de séparation des tâches
• Mission d’évaluations du risque de fraude
• Surveillance permanente (premier et deuxième niveau)

V. Programme de travail – prévention et détection de la fraude
1. Programme d’audit de la fraude – achats
2. Programme d’audit de la fraude – caisse
3. Programme d’audit de la fraude – banque
4. Programme d’audit de la fraude – immobilisations
5. Programme d’audit de la fraude – stock
6. Programme d’audit de la fraude – personnel
7. Programme d’audit de la fraude – ventes
8. Programme d’audit de la fraude – crédit
9. Programme d’audit de la fraude – opérations à la clientèle
10. Programme d’audit de la fraude – monétique
11. Programme d’audit de la fraude – sinistres
12. Programme d’audit de la fraude – crédit
13. Programme d’audit de la fraude – production

 

D. OBJECTIFS DE LA FORMATION – AUDIT DE LA FRAUDE

Dans le cadre d’une mission, un auditeur peut détecter une fraude, mettre en évidence des conflits d’intérêts ou des faiblesses dans le dispositif de lutte contre le blanchiment de capitaux. Qu’est-ce que la déontologie de l’audit interne lui recommande de faire ? Quel doit être son comportement ? Jusqu’où peut-il aller ? Qui l’accompagne dans ses travaux ?

 

E- VALEUR AJOUTEE DE LA FORMATION – AUDIT DE LA FRAUDE

• Identifier les responsabilités des différents acteurs (auditeur interne, responsable de l’audit interne, manager) dans le domaine de la fraude
• Détecter les faiblesses du contrôle interne favorisant la fraude et le blanchiment de capitaux
• Identifier les configurations organisationnelles les plus à risque
• Identifier les différents types de fraude et évaluer leurs conséquences
• Utiliser des techniques de détection

 

F. GALERIE IMAGE DE LA FORMATION SUR L’AUDIT DE LA FRAUDE

 

G. QUESTION / REPONSE

  1. Qu’est-ce que la fraude ?

La fraude est « tout acte illégal caractérisé par la tromperie, la dissimulation ou l’abus de confiance. Le risque de fraude est la possibilité qu’une fraude se produise et les effets potentiels sur le Organisation lorsqu’elle se produit. Les pertes financières causées par la fraude ont des conséquences plus importantes que les défaillances de bases telles que la perte d’une facture ou des erreurs de saisie

 

2. L’entité doit t-elle mettre en place un dispositif de maîtrise du risque de fraude ?

L’entité doit disposer d’un dispositif de gestion de la fraude qui comprend des mesures de sensibilisation, de prévention et de détection, un processus d’évaluation pour identifier et hiérarchiser les risques de fraude au sein de l’organisation. Le risque de fraude peut être réduit grâce à des contrôles internes de base de prévention et de détection et des audits et une surveillance efficace.

 

3. Quel est le contenu des normes qui régissent la fraude ? 

  • Norme de mise en œuvre 1220.A1, les auditeurs internes doivent faire preuve de diligence professionnelle, notamment en ce qui concerne la « probabilité d’erreurs importantes, de fraude ou de non-conformité ».
  • Norme de mise en œuvre 2210.A2) : les auditeurs internes doivent tenir compte de la probabilité de fraude lors du développement des objectifs de mission
  • Norme de mise en œuvre 1210. A2 – Les auditeurs internes doivent posséder des connaissances suffisantes pour évaluer le risque de fraude et la façon dont ce risque est géré par l’organisation. Toutefois, ils ne sont pas censés posséder l’expertise d’une personne dont la responsabilité première est la détection et l’investigation des fraudes.

4. Qu’est-ce qu’un facteur de risque de fraude ?

Les facteurs de risque de fraude sont des procédures, politiques, événements susceptibles de faciliter, d’encourager, de détecter tardivement des fraudes ou des tentatives de fraude.

Exemples de facteurs de risques de fraude :

  • Transactions qui manquent de documentation ou d’approbation normale.
  • Objectifs de performance irréalistes (par exemple, objectifs de vente ou de production
  • Documents manquants.
  • Retards inhabituels dans la fourniture des informations demandées.
  • Paiements aux fournisseurs considérés comme inhabituellement élevés.
  • Une personne qui s’occupe d’un travail sensible pendant une période prolongée sans toute rotation de tâches et sans vacances.
  • La présence d’une faiblesse significative du contrôle interne par Dérogations aux contrôles par la direction.
  • L’existence d’écritures de journal inhabituelles ou non-courantes

5. Quels sont Les éléments d’un dispositif efficace de gestion de la fraude ?

 Les éléments d’un dispositif efficace de gestion de la fraude sont les suivant

  • Une politique éthique de l’organisation – exemplarité de la direction générale ;
  • Une activité de sensibilisation à la fraude – la compréhension de la nature, des causes et des caractéristiques des actes frauduleux ;
  • Une évaluation du risque de fraude – l’évaluation du risque associé à différents types d’actes frauduleux ;
  • Des revues continues – une activité d’audit interne qui tient compte du risque de fraude à chaque mission et qui applique les procédures appropriées au risque de fraude ;
  • Des activités de prévention et de détection – des efforts entrepris afin de réduire les opportunités de fraude et de dissuader les personnes de commettre des fraudes en raison de la probabilité de détection et de sanctions ;
  • Un processus d’investigation – les procédures et ressources permettant de mener à bien une investigation et de signaler un soupçon de fraude.

6. Quel est le rôle du Conseil d’administration dans la gestion de la fraude ?

v Le conseil d’administration a la responsabilité d’assurer l’efficacité du dispositif de gestion la fraude en entreprise. Le rôle du conseil d’administration est de superviser et de surveiller les actions de la direction pour gérer les risques de fraude.

v  Puisque le conseil est la plus haute autorité de l’organisation, il est chargé de donner le ton au risque de fraude gestion au sein d’une organisation.

v  Les rôles du conseil dans la prévention de la fraude et détection comprennent également :

Évaluer l’identification par la direction des risques de fraude et la mise en œuvre de mesures anti-fraude.
 Embauche d’auditeurs externes pour faire rapport sur les états financiers de l’organisation
 Formuler des recommandations sur le contrôle interne.
 Superviser l’activité d’audit interne.
 Superviser les contrôles pour prévenir ou détecter les fraudes de gestion et empêcher le contournement des contrôles par la haute direction.

 

7. Quel est le rôle du Comité d’audit dans la gestion de la fraude ?

Le rôle du comité d’audit consiste, notamment :

  • À assurer le suivi de l’efficacité des actions de la direction générale en matière d’identification des risques de fraude,
  • De la mise en place des mesures anti-fraude et d’engagement à ne tolérer aucune forme de fraude.

8. Quel est le rôle de la Direction Générale dans la gestion de la fraude ?

La direction est chargée des tâches suivantes :

v Établir et maintenir un système de contrôle interne efficace.

v Identification et évaluation des risques de fraude.

v Mettre en œuvre des mesures anti-fraude.

v Créer le bon ton au sommet.

v Élaborer des politiques et des procédures pour des enquêtes efficaces sur les fraudes

vGérer les résultats de l’enquête.

 

9. Quel est le rôle des Auditeurs internes dans la gestion de la fraude ? 

v Les auditeurs internes ont généralement une présence continue dans l’organisation qui leur permet de mieux comprendre l’organisation et ses systèmes de contrôle. Les auditeurs internes fournissent une évaluation, un examen, et l’évaluation des activités d’une organisation en tant que service à l’organisation.

v  Les auditeurs internes sont chargés de contribuer à la dissuasion de la fraude en examiner et évaluer l’adéquation et l’efficacité des Contrôles

Dans l’exercice de cette responsabilité, les auditeurs internes, par exemple, déterminer si L’environnement organisationnel favorise la sensibilisation au risque de fraude.

v Il existe des politiques écrites (par exemple, un code de conduite) qui décrivent les activités interdites

vDes politiques d’autorisation appropriées pour les transactions sont établies et entretenues.

Les politiques, pratiques, procédures, rapports et autres mécanismes sont

v Développé pour surveiller les activités et protéger les actifs, en particulier dans les zones à haut risque domaines.

v Les canaux de communication fournissent à la direction des informations adéquates et fiables information.

vDes recommandations doivent être faites pour l’établissement ou l’amélioration des contrôles rentables pour aider à dissuader la fraude

 

 

G. LEXIQUE

Avez vous déjà mené une mission d’audit et détection des fraudes ?
Avez-vous une idée de la méthodologie de détection des fraudes comptables ?
Pourriez-vous énumérer des exemples de fraudes en entreprise ?
Pourriez-vous élaborer une cartographie des risques de fraudes ?
Pourriez-vous énoncer les différents types de fraudes ?

Quelles sont les obligations de l’auditeur interne au regard de la fraude ?
Qui peut demander un audit ? Qui fait le rapport d’audit ?
Pourquoi on audit ? C’est quoi les fraudes ? Quels sont les différents types de fraudes ?
Comment savoir si on est fraude ? C’est quoi la fraude commerciale ?


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s