CARTOGRAPHIE DES RISQUES – ELABORATION DE LA CARTOGRAPHIE DES RISQUES – FORMATIONS EN LIGNE OU PRESENTIEL

Savez-vous comment établir une cartographie des risques ? Quel est l’objectif d’une cartographie des risques ? Quels sont les différents types de risques ? Qui élabore la cartographie des risques ?

Recherchez-vous un exemple de cartographie des risques avec des exercices corrigés ? Souhaitez-vous un exemple de cartographie des risques opérationnels ?  Souhaitez-vous un exemple de cartographie des risques d’une entreprise ?

Souhaitez-vous savoir comment faire une cartographie des risques ? Souhaitez-vous savoir comment utiliser la cartographie des risques en audit ?

Pour répondre à ces questions, nous avons élaboré la formation l’élaboration de la cartographie des risques.

Bonjour. Nous vous remercions de parcourir la page afin de prendre connaissance des informations sur la formation :

  • Informations de base
  • Packs tarifaires de la formation l manuels – vidéos – formations
  • Programme de formation
  • Objectifs de la formation
  • Bonus de la formation
  • Nos logiciels automatisés
  • Galerie image
  • Questions / réponses
A. INFORMATIONS DE BASE

• Mobile / WhatsApp : (+225) 05 44 13 07 98
• Email : ohada@formation-comptabilite-audit.com I ohada.finance@gmail.com
• Plaquette de nos logiciels automatisés en audit : LIEN
• Plaquette des formations et d’examen CIA : LIEN
• Base des vidéos démo des logiciels E-AUDIT : LIEN
• Inscrivez-vous dans la communauté E-AUDIT pour recevoir chaque semaine un guide en audit : LIEN
• Le groupe WhatsApp des participants (UNIQUEMENT) aux webinaires. Contacter l’admin pour la tarification  : LIEN
• Témoignages client : LIEN

B. PACKS TARIFAIRES

Manuels de formation = Manuels du formateur + guide méthodologique détaillé par étape d’élaboration de la cartographie des risques  

Bases pratiques = (8) cartographies des risques par cycle [300 risques – budget – achats – ventes – caisse – banque – immobilisations – stocks – juridique]

  • Pack A – manuels ( 50 000 FCFA – 80 euros ) : Manuels de formation
  • Pack E – Manuels pratiques ( 100 000 FCFA – 160 euros) : Manuels de formation + Bases pratiques
  • Pack B – vidéos ( 100 000 FCFA – 160 euros) : vidéo de formation (4 H) + Manuels de formation
  • PACK C – formation particulier (200 000 FCFA – 360 euros) : Formation individuelle + 8 H de formation en ligne selon emploi du temps + manuels de formation + vidéo de formation + Bases pratiques
  • PACK D – Formation entreprise :  Formation + manuels de formation + vidéo de formation + Bases pratiques
    • PACK D – Industries et services (350 000 FCFA – 534 euros)
    • PACK D – Banques et microfinance (600 000 FCFA – 916 euros)
    • PACK D – Assurances (500 000 FCFA – 763 euros)

C. PROGRAMME DE FORMATION

C1. Programme détaillé

I. Généralités

  1. Définition des risques
  2. Définition des processus
  3. Définition de la cartographie des risques

II. Méthodes d’identification des risques

  1. Méthode de l’entretien
  2. Méthode de l’évaluation du dispositif de maîtrise des risques
  3. Méthode des risques génériques
  4. Méthode des cartographies existantes
  5. Méthode des rapports d’audit internes ou externes

III. Elaboration de la cartographie

  1. Collecte documentaire
  2. Identification de l’univers des risques
  3. Identification des risques
  4. Evaluation de la probabilité de survenance
  5. Evaluation de l’impact
  6. Evaluation de la criticité
  7. Formulation du plan d’action
  8. Validation de la cartographie
  9. Mise à jour de la cartographie

IV. Achats / Moyens généraux

  1. Les objectifs de contrôle interne
  2. Description du processus
  3. Les risques associés au cycle
  4. Les Plans d’action

V. Trésorerie

  1. Les objectifs de contrôle interne
  2. Description du processus
  3. Les risques associés au cycle
  4. Les Plans d’action

VI. Immobilisation

  1. Les objectifs de contrôle interne
  2. Description du processus
  3. Les risques associés au cycle
  4. Les Plans d’action

VII. Gestion des ressources humaines

  1. Les objectifs de contrôle interne
  2. Description du processus
  3. Les risques associés au cycle
  4. Les Plans d’action

VIII. Budget

  1. Les objectifs de contrôle interne
  2. Description du processus
  3. Les risques associés au cycle
  4. Les Plans d’action

IX. Marketing

  1. Les objectifs de contrôle interne
  2. Description du processus
  3. Les risques associés au cycle
  4. Les Plans d’action

X. Comptabilité

  1. Les objectifs de contrôle interne
  2. Description du processus
  3. Les risques associés au cycle
  4. Les Plans d’action

XI. Stock

  1. Les objectifs de contrôle interne
  2. Description du processus
  3. Les risques associés au cycle
  4. Les Plans d’action

XII. Ventes client

  1. Les objectifs de contrôle interne
  2. Description du processus
  3. Les risques associés au cycle
  4. Les Plans d’action

D. TEMOIGNAGES CLIENTS 
E. NOS LOGICIELS EN AUDIT, RISQUES ET CONTROLE

G1. GALERIE IMAGE

G. QUESTIONS/ REPONSES

Q1. Comment lier la cartographie des risques aux objectifs stratégiques de l’entreprise et aux enjeux métiers ?

La cartographie des risques est un outil qui permet d’identifier, d’évaluer et de hiérarchiser les risques qui peuvent affecter la réalisation des objectifs stratégiques de l’entreprise et les enjeux métiers. Pour lier la cartographie des risques aux objectifs stratégiques et aux enjeux métiers, il faut :

  • Définir les objectifs stratégiques et les enjeux métiers de l’entreprise, en tenant compte de sa vision, de sa mission, de ses valeurs, de ses parties prenantes et de son contexte interne et externe.
  • Identifier les risques qui peuvent menacer ou compromettre ces objectifs et ces enjeux, en utilisant des sources d’information internes (comme les rapports financiers, les indicateurs de performance, les retours d’expérience) et externes (comme les analyses de marché, les études sectorielles, les réglementations).
  • Évaluer les risques selon leur probabilité d’occurrence et leur impact potentiel sur les objectifs et les enjeux, en utilisant des critères quantitatifs (comme le coût, le chiffre d’affaires, la marge) ou qualitatifs (comme la réputation, la satisfaction client, la conformité).
  • Hiérarchiser les risques selon leur niveau de criticité, en utilisant une matrice de cotation ou un diagramme de Pareto, qui permettent de distinguer les risques majeurs, modérés ou mineurs.
  • Documenter la cartographie des risques dans un rapport ou un tableau de bord, qui synthétise les résultats de l’identification, de l’évaluation et de la hiérarchisation des risques.

Q2. Comment décliner la cartographie des risques par processus et par activité en tenant compte des spécificités opérationnelles ?

La cartographie des risques par processus et par activité est une déclinaison opérationnelle de la cartographie des risques globale, qui permet d’analyser les risques liés aux différentes fonctions ou unités organisationnelles de l’entreprise. Pour décliner la cartographie des risques par processus et par activité, il faut :

  • Identifier les processus et les activités clés de l’entreprise, qui contribuent à la création de valeur ou à la maîtrise des risques.
  • Cartographier les processus et les activités, en décrivant leurs étapes, leurs acteurs, leurs entrées et leurs sorties.
  • Identifier les risques spécifiques à chaque processus ou activité, en tenant compte des caractéristiques opérationnelles (comme la complexité, la fréquence, la variabilité) et des facteurs de risque internes (comme les erreurs humaines, les dysfonctionnements techniques) ou externes (comme les changements réglementaires, les évolutions concurrentielles).
  • Évaluer et hiérarchiser les risques spécifiques à chaque processus ou activité, en utilisant les mêmes critères que pour la cartographie des risques globale.
  • Documenter la cartographie des risques par processus et par activité dans un rapport ou un tableau de bord spécifique.

Q3. Comment croiser la cartographie des risques avec les contrôles internes existants ou à mettre en place pour assurer une couverture optimale des risques ?

  • Identifier les contrôles internes existants ou à mettre en place pour chaque risque identifié dans la cartographie. Les contrôles internes peuvent être de différents types : préventifs (pour éviter que le risque ne se matérialise), détectifs (pour identifier le risque s’il se produit), correctifs (pour réduire l’impact du risque s’il se réalise) ou palliatifs (pour limiter les conséquences du risque s’il persiste).
  • Évaluer l’efficacité et l’efficience des contrôles internes existants ou à mettre en place, en utilisant des indicateurs de performance (comme le taux de détection, le coût, le délai) ou des tests de conformité (comme les revues documentaires, les entretiens, les observations).
  • Hiérarchiser les contrôles internes existants ou à mettre en place selon leur niveau de contribution à la maîtrise des risques, en utilisant une matrice de cotation ou un diagramme de Pareto, qui permettent de distinguer les contrôles critiques, importants ou secondaires.
  • Documenter le croisement entre la cartographie des risques et les contrôles internes dans un rapport ou un tableau de bord, qui synthétise les résultats de l’identification, de l’évaluation et de la hiérarchisation des contrôles.

Q4. Comment aligner la cartographie des risques avec les normes et les référentiels applicables à votre secteur d’activité ou à votre fonction ?

L’alignement de la cartographie des risques avec les normes et les référentiels applicables est une démarche qui permet de garantir la conformité de l’entreprise aux exigences réglementaires ou professionnelles qui s’imposent à elle. Pour aligner la cartographie des risques avec les normes et les référentiels applicables, il faut :

  • Identifier les normes et les référentiels applicables à votre secteur d’activité ou à votre fonction, qui peuvent être d’origine légale (comme les lois, les décrets, les arrêtés), contractuelle (comme les conventions, les accords, les cahiers des charges) ou volontaire (comme les standards, les codes de bonne conduite, les certifications).
  • Analyser l’impact des normes et des référentiels applicables sur votre cartographie des risques, en identifiant les risques de non-conformité (comme les sanctions, les amendes, les poursuites) ou les opportunités de conformité (comme les avantages concurrentiels, les gains de réputation, les économies d’échelle).

Q5. Comment comparer votre cartographie des risques avec les meilleures pratiques du marché ou de vos concurrents pour identifier vos forces et vos faiblesses ?

La comparaison de la cartographie des risques avec les meilleures pratiques du marché ou de vos concurrents est une démarche qui permet de mesurer la performance de l’entreprise par rapport à son environnement et d’identifier ses forces et ses faiblesses. Pour comparer votre cartographie des risques avec les meilleures pratiques du marché ou de vos concurrents, il faut :

  • Identifier les meilleures pratiques du marché ou de vos concurrents en matière de gestion des risques, en utilisant des sources d’information externes (comme les benchmarks, les études comparatives, les rapports d’audit) ou internes (comme les retours d’expérience, les témoignages, les visites).
  • Analyser l’écart entre votre cartographie des risques et les meilleures pratiques du marché ou de vos concurrents, en identifiant les points forts (comme les risques maîtrisés, les contrôles efficaces, les opportunités saisies) ou les points faibles (comme les risques ignorés, les contrôles défaillants, les opportunités manquées) de votre entreprise.
  • Adapter votre cartographie des risques aux meilleures pratiques du marché ou de vos concurrents, en renforçant vos points forts ou en corrigeant vos points faibles, et en mettant en place des actions d’amélioration continue pour maintenir ou accroître votre performance.
  • Documenter la comparaison de la cartographie des risques avec les meilleures pratiques du marché ou de vos concurrents dans un rapport ou un tableau de bord, qui synthétise les résultats de l’identification, de l’analyse et de l’adaptation des risques.

Q6. Comment utiliser la cartographie des risques pour définir le plan d’audit interne et prioriser les missions d’audit en fonction du niveau de risque ?

L’utilisation de la cartographie des risques pour définir le plan d’audit interne et prioriser les missions d’audit est une démarche qui permet d’optimiser l’allocation des ressources d’audit et de couvrir les domaines les plus exposés aux risques. Pour utiliser la cartographie des risques pour définir le plan d’audit interne et prioriser les missions d’audit, il faut :

  • Identifier les domaines à auditer en fonction de la cartographie des risques, en sélectionnant les processus, les activités ou les fonctions qui présentent les risques les plus critiques ou les plus importants pour l’entreprise.
  • Définir les objectifs, le périmètre, la méthodologie et le calendrier des missions d’audit pour chaque domaine à auditer, en tenant compte des contraintes opérationnelles (comme la disponibilité des auditeurs, la durée des missions, la fréquence des audits) et des attentes des parties prenantes (comme la direction, les régulateurs, les clients).
  • Prioriser les missions d’audit en fonction du niveau de risque de chaque domaine à auditer, en utilisant un critère de pondération (comme le score de risque, le taux de couverture, l’urgence) ou un outil de classement (comme une matrice de priorisation ou un diagramme de Pareto).
  • Documenter le plan d’audit interne et la priorisation des missions d’audit dans un rapport ou un tableau de bord, qui synthétise les résultats de l’identification, de la définition et de la priorisation des domaines à auditer.

Q7. Comment adapter votre cartographie des risques aux spécificités de votre secteur d’activité ou de votre environnement réglementaire ou concurrentiel ?

  • Analyser l’impact des spécificités ou des évolutions sur votre cartographie des risques, en identifiant les nouveaux risques (comme les risques émergents, les risques disruptifs, les risques stratégiques) ou les changements de risques (comme les variations de probabilité, d’impact ou de criticité) qui peuvent affecter votre entreprise.
  • Adapter votre cartographie des risques aux spécificités ou aux évolutions de votre secteur d’activité ou de votre environnement réglementaire ou concurrentiel, en intégrant les nouveaux risques ou les changements de risques dans l’évaluation et la hiérarchisation des risques, et en mettant en place des contrôles internes adaptés pour prévenir ou réduire ces risques.
  • Documenter l’adaptation de la cartographie des risques aux spécificités ou aux évolutions de votre secteur d’activité ou de votre environnement réglementaire ou concurrentiel dans un rapport ou un tableau de bord, qui synthétise les résultats de l’identification, de l’analyse et de l’adaptation des risques.

Q8. Qu’est-ce que la cartographie des risques et quelle est sa méthode ?

La cartographie des risques est un processus qui consiste à identifier, évaluer et hiérarchiser les risques auxquels est exposée une organisation, en tenant compte de ses objectifs, de son environnement et de ses activités. La cartographie des risques permet de visualiser et de synthétiser les risques dans un document ou un tableau de bord, qui facilite la gestion des risques et la prise de décision.

La méthode de la cartographie des risques repose sur les étapes suivantes :

  • Définir le périmètre et le cadre de la cartographie des risques, en précisant les objectifs, les acteurs, les sources d’information et les critères d’évaluation des risques.
  • Identifier les risques auxquels est exposée l’organisation, en utilisant des techniques comme le brainstorming, l’analyse SWOT, l’analyse des causes racines ou l’analyse des scénarios.
  • Évaluer les risques selon leur probabilité d’occurrence et leur impact potentiel sur l’organisation, en utilisant des échelles de mesure quantitatives (comme le coût, le chiffre d’affaires, la marge) ou qualitatives (comme la réputation, la satisfaction client, la conformité).
  • Hiérarchiser les risques selon leur niveau de criticité, en utilisant des outils comme la matrice de cotation ou le diagramme de Pareto, qui permettent de distinguer les risques majeurs, modérés ou mineurs.
  • Documenter la cartographie des risques dans un rapport ou un tableau de bord, qui synthétise les résultats de l’identification, de l’évaluation et de la hiérarchisation des risques.

Q9. Comment réaliser une cartographie des risques efficace et adaptée à votre organisation ?

Pour réaliser une cartographie des risques efficace et adaptée à votre organisation, il faut :

  • Impliquer les parties prenantes clés dans le processus de la cartographie des risques, en sollicitant leur contribution, leur validation et leur adhésion.
  • Adapter la cartographie des risques aux spécificités de votre organisation, en tenant compte de sa taille, de sa structure, de son secteur d’activité ou de son environnement réglementaire ou concurrentiel.
  • Aligner la cartographie des risques avec les objectifs stratégiques et opérationnels de votre organisation, en liant les risques aux enjeux métiers ou aux indicateurs de performance.
  • Croiser la cartographie des risques avec les contrôles internes existants ou à mettre en place pour assurer une couverture optimale des risques.
  • Comparer la cartographie des risques avec les meilleures pratiques du marché ou de vos concurrents pour identifier vos forces et vos faiblesses.
  • Utiliser la cartographie des risques pour définir le plan d’audit interne et prioriser les missions d’audit en fonction du niveau de risque.
  • Mettre à jour et suivre la cartographie des risques en fonction des changements internes et externes qui peuvent affecter votre organisation.
  • Communiquer et diffuser la cartographie des risques auprès des différents acteurs internes et externes concernés par la gestion des risques.

Q10. Quels sont les enjeux et les bénéfices de la cartographie des risques pour la maîtrise des risques et la performance de l’entreprise ?

La cartographie des risques présente plusieurs enjeux et bénéfices pour la maîtrise des risques et la performance de l’entreprise, tels que :

  • Renforcer la culture du risque au sein de l’entreprise, en sensibilisant les acteurs à l’importance de la gestion des risques et en favorisant leur implication et leur responsabilisation.
  • Améliorer la connaissance et la compréhension des risques auxquels est exposée l’entreprise, en identifiant les sources, les causes, les conséquences et les interactions des risques.
  • Faciliter la prise de décision et l’allocation des ressources, en fournissant une vision globale et synthétique des risques et en permettant de prioriser les actions en fonction du niveau de risque.
  • Prévenir ou réduire les impacts négatifs des risques sur l’entreprise, en mettant en place des contrôles internes efficaces et efficients pour éviter ou limiter la survenance ou les conséquences des risques.
  • Saisir ou accroître les impacts positifs des risques sur l’entreprise, en exploitant les opportunités qui peuvent découler des risques ou en créant de la valeur à partir des risques.
  • Garantir la conformité de l’entreprise aux exigences réglementaires ou professionnelles qui s’imposent à elle, en respectant les normes et les référentiels applicables en matière de gestion des risques.
  • Mesurer et améliorer la performance de l’entreprise, en utilisant les indicateurs de performance liés aux risques pour évaluer l’efficacité et l’efficience de la gestion des risques.

Q11. En quoi la cartographie des risques est-elle un outil stratégique pour la gestion des risques et la prise de décision ?

La cartographie des risques est un outil stratégique pour la gestion des risques et la prise de décision, car elle permet de :

  • Aligner la gestion des risques avec la stratégie de l’entreprise, en tenant compte des objectifs stratégiques et opérationnels de l’entreprise et en évaluant les risques qui peuvent affecter leur réalisation.
  • Anticiper les évolutions internes et externes qui peuvent affecter l’entreprise, en tenant compte du contexte interne (comme les forces et faiblesses) et externe (comme les opportunités et menaces) de l’entreprise et en identifiant les risques émergents ou disruptifs.
  • Optimiser le rapport entre le niveau de risque et le niveau de performance de l’entreprise, en équilibrant le niveau d’exposition aux risques et le niveau d’appétence aux risques de l’entreprise et en exploitant le potentiel de création de valeur des risques.
  • Renforcer la gouvernance et le pilotage de l’entreprise, en définissant les rôles et responsabilités des acteurs impliqués dans la gestion des risques et en fournissant une information fiable et pertinente sur les risques aux organes de direction ou de surveillance.

Q12. Quelles sont les étapes clés pour réussir la cartographie des risques et quels sont les livrables attendus ?

Les étapes clés pour réussir la cartographie des risques sont les suivantes :

  • Définir le périmètre et le cadre de la cartographie des risques, en précisant les objectifs, les acteurs, les sources d’information et les critères d’évaluation des risques. Le livrable attendu est un document de cadrage qui présente les modalités et les principes de la cartographie des risques.
  • Identifier les risques auxquels est exposée l’organisation, en utilisant des techniques comme le brainstorming, l’analyse SWOT, l’analyse des causes racines ou l’analyse des scénarios. Le livrable attendu est une liste exhaustive et structurée des risques potentiels.
  • Évaluer les risques selon leur probabilité d’occurrence et leur impact potentiel sur l’organisation, en utilisant des échelles de mesure quantitatives (comme le coût, le chiffre d’affaires, la marge) ou qualitatives (comme la réputation, la satisfaction client, la conformité). Le livrable attendu est une évaluation chiffrée ou qualifiée de chaque risque.
  • Hiérarchiser les risques selon leur niveau de criticité, en utilisant des outils comme la matrice de cotation ou le diagramme de Pareto, qui permettent de distinguer les risques majeurs, modérés ou mineurs. Le livrable attendu est une hiérarchisation des risques selon leur importance relative.
  • Documenter la cartographie des risques dans un rapport ou un tableau de bord, qui synthétise les résultats de l’identification, de l’évaluation et de la hiérarchisation des risques. Le livrable attendu est un document ou un outil qui présente la cartographie des risques de manière visuelle et synthétique.

Q13. Quels sont les exemples et les modèles de cartographie des risques que vous pouvez utiliser ou vous inspirer ?

  • La cartographie des risques juridiques, qui identifie et évalue les risques liés aux obligations légales ou contractuelles de l’organisation (comme le risque de contentieux, le risque de sanction, le risque de responsabilité).
  • La cartographie des risques environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), qui identifie et évalue les risques liés aux impacts environnementaux, sociaux et de gouvernance de l’organisation (comme le risque climatique, le risque social, le risque de réputation).
  • La cartographie des risques informatiques, qui identifie et évalue les risques liés aux systèmes d’information et aux technologies de l’organisation (comme le risque de sécurité, le risque de disponibilité, le risque de conformité).
  • La cartographie des risques projet, qui identifie et évalue les risques liés à la réalisation d’un projet spécifique au sein de l’organisation (comme le risque de délai, le risque de coût, le risque de qualité).

Q14. Comment mettre à jour et suivre la cartographie des risques en fonction des changements internes et externes ?

La mise à jour et le suivi de la cartographie des risques sont des activités indispensables pour assurer la pertinence et la fiabilité de la cartographie des risques. Pour mettre à jour et suivre la cartographie des risques en fonction des changements internes et externes, il faut :

  • Définir la fréquence et les modalités de la mise à jour et du suivi de la cartographie des risques, en tenant compte du niveau de dynamique et d’évolution des risques auxquels est exposée l’organisation.
  • Collecter et analyser les informations internes et externes qui peuvent affecter la cartographie des risques, en utilisant des sources comme les rapports d’audit, les indicateurs de performance, les veilles réglementaires ou concurrentielles.
  • Identifier et évaluer les nouveaux risques ou les changements de risques qui peuvent affecter la cartographie des risques, en utilisant les mêmes techniques que pour l’identification et l’évaluation initiales des risques.
  • Adapter la cartographie des risques aux nouveaux risques ou aux changements de risques, en intégrant ces éléments dans l’évaluation et la hiérarchisation des risques, et en mettant en place des contrôles internes adaptés pour prévenir ou réduire ces risques.
  • Documenter la mise à jour et le suivi de la cartographie des risques dans un rapport ou un tableau de bord actualisé, qui synthétise les résultats de la collecte, de l’analyse et de l’adaptation des

Q15. Quelles sont les bonnes pratiques à adopter pour réaliser une cartographie des risques pertinente et fiable ?

Pour réaliser une cartographie des risques pertinente et fiable, il faut adopter les bonnes pratiques suivantes :

  • S’appuyer sur une démarche structurée et méthodique, qui suit les étapes clés de la cartographie des risques (définition du périmètre et du cadre, identification des risques, évaluation des risques, hiérarchisation des risques, documentation de la cartographie des risques).
  • S’appuyer sur des sources d’information diversifiées et fiables, qui permettent de couvrir l’ensemble des risques auxquels est exposée l’organisation (sources internes comme les rapports financiers, les indicateurs de performance, les retours d’expérience ; sources externes comme les analyses de marché, les études sectorielles, les réglementations).
  • S’appuyer sur des critères d’évaluation objectifs et adaptés, qui permettent de mesurer le niveau de probabilité et d’impact des risques de manière quantitative (comme le coût, le chiffre d’affaires, la marge) ou qualitative (comme la réputation, la satisfaction client, la conformité).
  • S’appuyer sur des outils visuels et synthétiques, qui permettent de présenter la cartographie des risques de manière claire et compréhensible (comme la matrice de cotation, le diagramme de Pareto, le tableau de bord).
  • S’appuyer sur une approche participative et collaborative, qui implique les parties prenantes clés dans le processus de la cartographie des risques (comme la direction, les opérationnels, les auditeurs) et qui favorise leur contribution, leur validation et leur adhésion.

Q16. Comment communiquer et diffuser la cartographie des risques auprès des différents acteurs internes et externes concernés ?

  • Pour communiquer et diffuser la cartographie des risques auprès des différents acteurs internes et externes concernés, il faut :
  • Identifier les acteurs internes et externes concernés par la cartographie des risques, en tenant compte de leur rôle, de leur responsabilité, de leur intérêt et de leur influence dans la gestion des risques. Les acteurs internes peuvent être la direction, les opérationnels, les auditeurs, les contrôleurs ; les acteurs externes peuvent être les régulateurs, les clients, les fournisseurs, les partenaires.
  • Définir les objectifs, les messages, les supports et les canaux de communication et de diffusion de la cartographie des risques pour chaque acteur concerné, en tenant compte de leurs attentes, de leurs besoins et de leurs préférences. Les objectifs peuvent être d’informer, de sensibiliser, de convaincre ou de mobiliser ; les messages peuvent être généraux ou spécifiques ; les supports peuvent être écrits ou oraux ; les canaux peuvent être formels ou informels.
  • Réaliser et diffuser la communication et la diffusion de la cartographie des risques auprès des différents acteurs concernés, en respectant le calendrier, le budget et la qualité définis. La réalisation peut impliquer la rédaction, la présentation ou l’animation ; la diffusion peut impliquer l’envoi, la publication ou l’organisation.
  • Évaluer et améliorer la communication et la diffusion de la cartographie des risques auprès des différents acteurs concernés, en mesurant l’efficacité et l’impact de la communication et de la diffusion sur la sensibilisation et l’implication des acteurs. L’évaluation peut impliquer le recueil du feedback, le suivi des indicateurs ou l’analyse des résultats ; l’amélioration peut impliquer la correction, l’adaptation ou l’optimisation.

Q17. Comment intégrer la cartographie des risques dans le système de management des risques de l’entreprise et dans sa gouvernance ?

  • Pour intégrer la cartographie des risques dans le système de management des risques de l’entreprise et dans sa gouvernance, il faut :
  • Aligner la cartographie des risques avec la politique et les procédures de management des risques de l’entreprise, en respectant les principes, les normes et les référentiels applicables en matière de gestion des risques.
  • Aligner la cartographie des risques avec la stratégie et les objectifs de l’entreprise, en tenant compte de la vision, de la mission, des valeurs et des parties prenantes de l’entreprise.
  • Aligner la cartographie des risques avec le dispositif de contrôle interne de l’entreprise, en tenant compte des processus, des activités et des fonctions clés de l’entreprise.
  • Aligner la cartographie des risques avec le dispositif d’audit interne de l’entreprise, en tenant compte du plan d’audit interne et des missions d’audit réalisées ou prévues.
  • Aligner la cartographie des risques avec le dispositif de reporting et de communication de l’entreprise, en tenant compte des destinataires, des supports et des canaux de reporting et de communication utilisés ou envisagés.
  • Aligner la cartographie des risques avec le dispositif de gouvernance et de pilotage de l’entreprise, en tenant compte des organes de direction ou de surveillance, des comités ou instances dédiés à la gestion des risques.

Q18. Quels sont les outils et logiciels que vous pouvez utiliser pour faciliter la réalisation et l’utilisation de la cartographie des risques ?

Il existe différents outils et logiciels que vous pouvez utiliser pour faciliter la réalisation et l’utilisation de la cartographie des risques, selon vos besoins, vos contraintes et vos préférences. Voici quelques exemples :

  • Les outils bureautiques, comme Excel ou PowerPoint, qui permettent de réaliser et d’utiliser la cartographie des risques de manière simple et rapide, mais qui présentent des limites en termes de fonctionnalités, de sécurité ou d’évolutivité.
  • Les outils collaboratifs, comme Google Docs ou SharePoint, qui permettent de réaliser et d’utiliser la cartographie des risques de manière collaborative et interactive, mais qui nécessitent une connexion internet et une compatibilité entre les utilisateurs.
  • Les outils spécialisés, comme RiskMap ou RiskView

Q19. Comment faire valider la cartographie des risques par les parties prenantes clés et recueillir leur adhésion ?

La validation de la cartographie des risques par les parties prenantes clés et leur adhésion sont des facteurs clés de succès pour la mise en œuvre et l’efficacité de la cartographie des risques. Pour faire valider la cartographie des risques par les parties prenantes clés et recueillir leur adhésion, il faut :

  • Identifier les parties prenantes clés à impliquer dans la validation de la cartographie des risques, en tenant compte de leur rôle, de leur responsabilité, de leur intérêt et de leur influence dans la gestion des risques. Les parties prenantes clés peuvent être la direction, les opérationnels, les auditeurs, les contrôleurs, les régulateurs, les clients, les fournisseurs, les partenaires.
  • Définir les modalités et les critères de validation de la cartographie des risques pour chaque partie prenante clé, en tenant compte de leurs attentes, de leurs besoins et de leurs préférences. Les modalités peuvent être formelles ou informelles ; les critères peuvent être objectifs ou subjectifs.
  • Réaliser la validation de la cartographie des risques auprès des parties prenantes clés, en respectant le calendrier, le budget et la qualité définis. La réalisation peut impliquer la présentation, la discussion ou la négociation.
  • Recueillir l’adhésion des parties prenantes clés à la cartographie des risques, en mettant en avant les bénéfices et les opportunités de la cartographie des risques pour eux et pour l’organisation. L’adhésion peut impliquer l’acceptation, le soutien ou l’engagement.

Q20. Comment lier la cartographie des risques aux objectifs stratégiques de l’entreprise et aux enjeux métiers ?

Lier la cartographie des risques aux objectifs stratégiques de l’entreprise et aux enjeux métiers est une démarche qui permet de s’assurer que la gestion des risques est alignée avec la stratégie et la performance de l’entreprise. Pour lier la cartographie des risques aux objectifs stratégiques de l’entreprise et aux enjeux métiers, il faut :

  • Identifier les objectifs stratégiques et opérationnels de l’entreprise, en tenant compte de sa vision, de sa mission, de ses valeurs et de ses parties prenantes.
  • Identifier les enjeux métiers liés à la réalisation des objectifs stratégiques et opérationnels de l’entreprise, en tenant compte des facteurs clés de succès, des indicateurs de performance ou des leviers d’action.
  • Identifier les risques qui peuvent affecter la réalisation des objectifs stratégiques et opérationnels de l’entreprise et les enjeux métiers qui y sont associés, en utilisant des techniques comme le brainstorming, l’analyse SWOT, l’analyse des causes racines ou l’analyse des scénarios.
  • Évaluer et hiérarchiser les risques selon leur impact potentiel sur les objectifs stratégiques et opérationnels de l’entreprise et les enjeux métiers qui y sont associés, en utilisant des échelles de mesure quantitatives (comme le coût, le chiffre d’affaires, la marge) ou qualitatives (comme la réputation, la satisfaction client, la conformité).
  • Documenter le lien entre la cartographie des risques et les objectifs stratégiques de l’entreprise et les enjeux métiers dans un rapport ou un tableau de bord, qui synthétise les résultats de l’identification, de l’évaluation et de la hiérarchisation des risques.

Q21. Comment décliner la cartographie des risques par processus et par activité en tenant compte des spécificités opérationnelles ?

Décliner la cartographie des risques par processus et par activité est une démarche qui permet d’affiner et d’adapter la cartographie des risques aux spécificités opérationnelles de l’organisation. Pour décliner la cartographie des risques par processus et par activité, il faut :

  • Identifier les processus et les activités clés de l’organisation, en tenant compte de leur contribution aux objectifs stratégiques et opérationnels de l’organisation.
  • Identifier les risques spécifiques à chaque processus ou activité clé de l’organisation, en utilisant des techniques comme le brainstorming, l’analyse SWOT, l’analyse des causes racines ou l’analyse des scénarios.
  • Évaluer et hiérarchiser les risques spécifiques à chaque processus ou activité clé de l’organisation

Q22. Comment croiser la cartographie des risques avec les contrôles internes existants ou à mettre en place pour assurer une couverture optimale des risques ?

Croiser la cartographie des risques avec les contrôles internes existants ou à mettre en place est une démarche qui permet de vérifier et d’améliorer l’efficacité et l’efficience des contrôles internes pour maîtriser les risques. Pour croiser la cartographie des risques avec les contrôles internes existants ou à mettre en place, il faut :

  • Identifier les contrôles internes existants ou à mettre en place pour chaque risque identifié dans la cartographie. Les contrôles internes peuvent être de différents types : préventifs (pour éviter que le risque ne se matérialise), détectifs (pour identifier le risque s’il se produit), correctifs (pour réduire l’impact du risque s’il se réalise) ou palliatifs (pour limiter les conséquences du risque s’il persiste).
  • Évaluer l’efficacité et l’efficience des contrôles internes existants ou à mettre en place, en utilisant des indicateurs de performance (comme le taux de détection, le coût, le délai) ou des tests de conformité (comme les revues documentaires, les entretiens, les observations).
  • Hiérarchiser les contrôles internes existants ou à mettre en place selon leur niveau de contribution à la maîtrise des risques, en utilisant une matrice de cotation ou un diagramme de Pareto, qui permettent de distinguer les contrôles critiques, importants ou secondaires.
  • Documenter le croisement entre la cartographie des risques et les contrôles internes dans un rapport ou un tableau de bord, qui synthétise les résultats de l’identification, de l’évaluation et de la hiérarchisation des contrôles.

Q23. Comment aligner la cartographie des risques avec les normes et les référentiels applicables à votre secteur d’activité ou à votre fonction ?

  • Pour aligner la cartographie des risques avec les normes et les référentiels applicables, il faut :
  • Identifier les normes et les référentiels applicables à votre secteur d’activité ou à votre fonction, en utilisant des sources d’information externes (comme les réglementations, les codes de bonne conduite, les certifications) ou internes (comme les politiques, les procédures, les chartes).
  • Analyser l’impact des normes et des référentiels sur votre cartographie des risques, en identifiant les risques de non-conformité ou les opportunités de conformité qui peuvent affecter votre entreprise.
  • Adapter votre cartographie des risques aux normes et aux référentiels applicables, en intégrant les risques de non-conformité ou les opportunités de conformité dans l’évaluation et la hiérarchisation des risques, et en mettant en place des contrôles internes spécifiques pour assurer le respect des normes et des référentiels.
  • Documenter l’alignement de la cartographie des risques avec les normes et les référentiels applicables dans un rapport ou un tableau de bord, qui synthétise les résultats de l’identification, de l’analyse et de l’adaptation des risques.

Q24. Comment comparer votre cartographie des risques avec les meilleures pratiques du marché ou de vos concurrents pour identifier vos forces et vos faiblesses ?

La comparaison de la cartographie des risques avec les meilleures pratiques du marché ou de vos concurrents est une démarche qui permet de mesurer la performance de l’entreprise par rapport à son environnement et d’identifier ses forces et ses faiblesses. Pour comparer votre cartographie des risques avec les meilleures pratiques du marché ou de vos concurrents, il faut :

  • Identifier les meilleures pratiques du marché ou de vos concurrents en matière de gestion des risques, en utilisant des sources d’information externes (comme les benchmarks, les études comparatives, les rapports d’audit) ou internes (comme les retours d’expérience, les témoignages, les visites).
  • Analyser l’écart entre votre cartographie des risques et les meilleures pratiques du marché ou de vos concurrents, en identifiant
  • Documenter la comparaison de la cartographie des risques avec les meilleures pratiques du marché ou de vos concurrents dans un rapport ou un tableau de bord, qui synthétise les résultats de l’identification, de l’analyse et de l’adaptation des risques.

Q25. Comment utiliser la cartographie des risques pour définir le plan d’audit interne et prioriser les missions d’audit en fonction du niveau de risque ?

L’utilisation de la cartographie des risques pour définir le plan d’audit interne et prioriser les missions d’audit est une démarche qui permet d’optimiser l’allocation des ressources d’audit et de couvrir les domaines les plus exposés aux risques. Pour utiliser la cartographie des risques pour définir le plan d’audit interne et prioriser les missions d’audit, il faut :

  • Identifier les domaines à auditer en fonction de la cartographie des risques, en sélectionnant les processus, les activités ou les fonctions qui présentent les risques les plus critiques ou les plus importants pour l’entreprise.
  • Définir les objectifs, le périmètre, la méthodologie et le calendrier des missions d’audit pour chaque domaine à auditer, en tenant compte des contraintes opérationnelles (comme la disponibilité des auditeurs, la durée des missions, la fréquence des audits) et des attentes des parties prenantes (comme la direction, les régulateurs, les clients).
  • Prioriser les missions d’audit en fonction du niveau de risque de chaque domaine à auditer, en utilisant un critère de pondération (comme le score de risque, le taux de couverture, l’urgence) ou un outil de classement (comme une matrice de priorisation ou un diagramme de Pareto).
  • Documenter le plan d’audit interne et la priorisation des missions d’audit dans un rapport ou un tableau de bord, qui synthétise les résultats de l’identification, de la définition et de la priorisation des domaines à auditer.

Q26. Comment adapter votre cartographie des risques aux spécificités de votre secteur d’activité ou de votre environnement réglementaire ou concurrentiel ?

L’adaptation de la cartographie des risques aux spécificités de votre secteur d’activité ou de votre environnement réglementaire ou concurrentiel est une démarche qui permet de tenir compte des facteurs externes qui peuvent affecter votre entreprise et ses risques. Pour adapter votre cartographie des risques aux spécificités de votre secteur d’activité ou de votre environnement réglementaire ou concurrentiel, il faut :

  • Identifier les spécificités ou les évolutions de votre secteur d’activité ou de votre environnement réglementaire ou concurrentiel, en utilisant des sources d’information externes (comme les analyses de marché, les études sectorielles, les réglementations) ou internes (comme les retours d’expérience, les témoignages, les visites).
  • Analyser l’impact des spécificités ou des évolutions sur votre cartographie des risques, en identifiant les nouveaux risques (comme les risques émergents, les risques disruptifs, les risques stratégiques) ou les changements de risques (comme les variations de probabilité, d’impact ou de criticité) qui peuvent affecter votre entreprise.
  • Adapter votre cartographie des risques aux spécificités ou aux évolutions de votre secteur d’activité ou de votre environnement réglementaire ou concurrentiel, en intégrant les nouveaux risques ou les changements de risques dans l’évaluation et la hiérarchisation des risques, et en mettant en place des contrôles internes adaptés pour prévenir ou réduire ces risques.
  • Documenter l’adaptation de la cartographie des risques aux spécificités ou aux évolutions de votre secteur d’activité ou de votre environnement réglementaire ou concurrentiel dans un rapport ou un tableau de bord, qui synthétise les résultats de l’identification, de l’analyse et de l’adaptation des risques.

Q27. Comment faire évoluer votre cartographie des risques en fonction du contexte interne et externe de l’entreprise et de ses opportunités ou menaces ?

  • La faire évoluer la cartographie des risques en fonction du contexte interne et externe de l’entreprise et de ses opportunités ou menaces est une démarche qui permet de maintenir la pertinence et la fiabilité de la cartographie des risques. Pour faire évoluer la cartographie des risques en fonction du contexte interne et externe de l’entreprise et de ses opportunités ou menaces, il faut :
  • Identifier le contexte interne et externe de l’entreprise et ses opportunités ou menaces, en utilisant des sources d’information internes (comme les rapports financiers, les indicateurs de performance, les retours d’expérience) ou externes (comme les analyses de marché, les études sectorielles, les réglementations).
  • Analyser l’impact du contexte interne et externe de l’entreprise et de ses opportunités ou menaces sur votre cartographie des risques, en identifiant les nouveaux risques (comme les risques émergents, les risques disruptifs, les risques stratégiques) ou les changements de risques (comme les variations de probabilité, d’impact ou de criticité) qui peuvent affecter votre entreprise.
  • Adapter votre cartographie des risques au contexte interne et externe de l’entreprise et à ses opportunités ou menaces, en intégrant les nouveaux risques ou les changements de risques dans l’évaluation et la hiérarchisation des risques, et en mettant en place des contrôles internes adaptés pour prévenir ou réduire ces risques.
  • Documenter l’évolution de la cartographie des risques en fonction du contexte interne et externe de l’entreprise et de ses opportunités ou menaces dans un rapport ou un tableau de bord actualisé, qui synthétise les résultats de l’identification, de l’analyse et de l’adaptation des risques.

Q28. Comment rendre votre cartographie des risques dynamique et interactive pour qu’elle soit un outil vivant et non un document figé ?

  • Utiliser un format visuel et synthétique pour présenter la cartographie des risques, qui permette de visualiser facilement les risques, leur évaluation, leur hiérarchisation ou leur évolution (comme une matrice de cotation, un diagramme de Pareto, un tableau de bord).
  • Utiliser un mode interactif pour consulter ou modifier la cartographie des risques, qui permette aux utilisateurs d’accéder aux informations détaillées sur les risques, de filtrer ou de trier les risques selon différents critères, ou de mettre à jour les risques en fonction des changements internes ou externes.
  • Utiliser un mode collaboratif pour partager ou échanger sur la cartographie des risques, qui permette aux utilisateurs de communiquer ou de coopérer sur la cartographie des risques, de donner leur avis ou leur feedback sur les risques, ou de proposer des actions ou des solutions pour maîtriser les risques.

Q29. Comment compléter votre cartographie des risques avec une analyse qualitative et quantitative des risques pour évaluer leur probabilité, leur impact, leur criticité et leur appétence ?

Compléter la cartographie des risques avec une analyse qualitative et quantitative des risques est une démarche qui permet d’affiner et d’approfondir l’évaluation des risques. Pour compléter la cartographie des risques avec une analyse qualitative et quantitative des risques, il faut :

  • Réaliser une analyse qualitative des risques, qui consiste à évaluer le niveau de probabilité et d’impact des risques selon des échelles de mesure qualitatives (comme faible, moyen, élevé) ou selon des critères qualitatifs (comme la réputation, la satisfaction client, la conformité).
  • Réaliser une analyse quantitative des risques, qui consiste à évaluer le niveau de probabilité et d’impact des risques selon des échelles de mesure quantitatives (comme le coût, le chiffre d’affaires, la marge) ou selon des méthodes quantitatives (comme l’analyse statistique, l’analyse de sensibilité, l’analyse de scénarios).
  • Réaliser une analyse de criticité des risques

1.    Quelle est la structure de la cartographie des risques d’une mission d’audit interne ?

C’est un tableau avec 6 colonnes avec les rubriques : domaines, risques, probabilité de survenance, impact, criticité du risque, contrôle ou plan d’action.

2.     Quelle est la définition d’une cartographie des risques ?

La cartographie des risques est un tableau qui présente l’ensemble des risques susceptibles d’impacter un processus ou une tache élémentaire.

Les risques sont ensuite évalués selon la probabilité de survenance et l’impact. Le croisement de ces deux critères indique la criticité du risque.

Un plan d’action destiné à couvrir les risques peut ensuite être mis en place sur les niveaux de contrôle 1, 2 ou 3.

1.2 Quelle est la définition d’une cartographie des risques d’une mission d’audit interne ?

La cartographie des risques d’une mission d’audit interne est une cartographie spécifique à la thématique de mission. Contrairement à la cartographie des risques élaborées par la Direction des risques qui est une cartographie généraliste.

les risques sont appréciés tâche par tâche, pour l’activité objet de la mission d’audit.

5.1 Quel est le lien entre une cartographie et le principe de l’approche par les risques ?

Toute mission d’audit doit être mise en œuvre selon une approche par les risques.

Le concept de l’approche par les risques consiste à identifier les zones à risques élevées sur lesquels orienter en priorité nos travaux.

5.2 Quels sont les objectifs de la cartographie des risques d’une mission d’audit interne ?

L’identification des risques permet d’identifier les processus ou tâche où les risques les plus dommageables sont susceptibles de se produire.

La démarche retenue doit donc permettre à l’auditeur d’organiser sa mission en identifiant les points qu’il devra approfondir et a contrario ceux sur lesquels il pourra passer rapidement, voire même faire l’impasse.

Elle permet d’attirer l’attention de l’auditeur sur les points essentiels afin d’élaborer un programme d’audit plus pertinent et exhaustif.

Cette phase d’identification va conditionner la suite de la mission : elle va permettre à l’auditeur de construire son référentiel et, dans le même temps, de concevoir son programme et de l’élaborer de façon précise et pertinente, en fonction non seulement des menaces, mais également de ce qui a pu être mis en place pour y faire face.

L’essentiel est qu’au terme de cette démarche, par comparaison des risques et des dispositions déjà en vigueur pour leur faire échec, l’auditeur puisse, à partir de là, identifier ce que doit être son référentiel, c’est-à-dire l’objectif à atteindre compte tenu de la situation résiduelle à laquelle il est confronté.

Quelles sont les sources d’information pour élaborer la cartographie des risques d’une mission d’audit interne ?

Les SOURCEs sont les suivantes :

Informations en provenance d’autres secteurs de l’organisation

Informations en provenance directe du domaine audité

En relation avec le domaine audité

Informations externes à l’organisation

Exemple :

Description des processus du domaine audité et de leurs objectifs

Cartographie des risques éventuellement préexistante

Résultats de missions d’audit antérieures

Historiques d’incidents

7.1 Qui l’élabore la cartographie des risques d’une mission d’audit interne ?

La cartographie des risques de la mission est élaborée par le responsable ou chef de mission. Un senior, le responsable de service ou le responsable de l’audit interne

7.2 À quel moment on élabore la cartographie des risques de la mission ?

La cartographie des risques est élaborée dans la phase de préparation ou planification de la mission. Elle intervient après l’étape de prise de connaissance du domaine audité et avant l’étape d’élaboration du référentiel de contrôle interne de la mission.

Est-ce obligatoire d’élaborer une cartographie des risques pour une mission d’audit interne ?

L’élaboration de la cartographie des risques est prévue par la norme 2210. A1-1 Évaluation des risques dans la planification de la mission

2210.A1-1 Évaluation des risques dans la planification de la mission : “ Les auditeurs internes doivent procéder à une évaluation préliminaire des risques liés à l’activité soumise à l’audit. Les objectifs de la mission doivent être déterminés en fonction des résultats de cette évaluation.

La norme 2210.A1-1 fait partie des dispositions obligatoires du CRIPP.

L’élaboration d’une cartographie des risques pour chaque mission d’audit est donc obligatoire.

8.Quels sont les critères de qualité de la cartographie des risques d’une mission d’audit interne ?

La cartographie doit être exhaustive relativement aux processus ou aux taches qui composent la thématique de l’audit.

La cartographie doit être faite en Collaboration avec les audités.

Les risques de la cartographie doivent être évalués.

Comment élaborer facilement la cartographie des risques d’une mission d’audit interne ?

Quelles sont les difficultés dans l’élaboration de la cartographie des risques d’une mission d’audit interne ?

9.Peut-on utiliser la cartographie élaborée par la Direction des risques pour une mission d’audit interne ?

Il est possible d’utiliser tout ou partie de la cartographie de la Direction des risques si cette cartographie est pertinente, exhaustive, actualisée, en lien avec la thématique de mission.

10. Combien de temps doit on consacrer à la cartographie des risques d’une mission d’audit interne ?

C’est une évaluation préliminaire pour identifier les zones à risques critiques, mais pas les risques de manière ciblée. De préférence 1 à 3 jours selon le budget de la mission.

Quelles sont les Normes relatives à l’élaboration de la cartographie des risques de la mission ?

Norme 2201 – Considérations relatives à la planification de la mission

Lors de la planification de la mission, les auditeurs internes doivent prendre en compte : la stratégie, les objectifs de l’activité auditée et la manière dont elle pilote sa performance. les risques significatifs liés aux objectifs de l’activité, à ses ressources et à ses opérations, ainsi que les moyens par lesquels l’impact potentiel des risques est maintenu à un niveau acceptable. la pertinence et l’efficacité des processus de gouvernance, de management des risques et de contrôle de l’activité, en référence à un cadre ou un modèle approprié.

norme 2210.A1-1 Évaluation des risques dans la planification de la mission : les auditeurs internes doivent procéder à une évaluation préliminaire des risques liés à l’activité soumise à l’audit. Les objectifs de la mission doivent être déterminés en fonction des résultats de cette évaluation.

Modalités pratiques d’application 2210-1 : « Le but de l’évaluation des risques pendant la phase de planification de l’audit est d’identifier les secteurs importants de l’activité à auditer ». On ne saurait être plus clair.

  1. Comment établir une cartographie des risques ?

La réalisation d’une cartographie des risques s’inscrit dans une démarche en cinq étapes selon le process ci-dessous :
• Étape 1 : Construire le groupe de travail. …
• Étape 2 : Identifier des risques. …
• Étape 3 : Analyser les risques. …
• Étape 4 : Évaluer les risques. …
• Étape 5 : Définir un plan d’action

  1. Quelle est l’objectif d’une cartographie des risques ?

Elle a pour objectif d’identifier et d’évaluer les risques majeurs pour l’entreprise afin de les traiter et de suivre leur évolution

  1. Qui élabore la cartographie des risques ?

Dans une organisation, c’est l’instance dirigeante qui prend la décision et endosse la responsabilité, au nom de l’organisation, d’engager une démarche de pilotage de gestion des risques. A ce titre, elle impulse l’exercice de cartographie des risques et désigne un risk manager.

  1. Comment faire une bonne cartographie ?

Comment réaliser une cartographie des processus en 9 étapes
• Définir les objectifs des processus. …
• Déterminer des résultats (outputs) pour chaque processus. …
• Identifier les clients de chacun des processus. …
• Déterminer les entrées (inputs) …
• Indiquer les ressources utilisées pour chaque processus. …
• Identifier les fournisseurs
• Mettre en avant les contraintes et les règles opérationnelles
• Définir la documentation à produire pour chaque processus
• Mettre en avant des axes d’amélioration des processus

  1. Quel est le rôle de la cartographie ?
    La cartographie désigne le processus de réalisation de cartes, ayant pour vocation de représenter les phénomènes observés sur un territoire, de manière graphique et géométrique, à partir de l’analyse de données qualitatives et quantitatives.

  1. Quels sont les différents types de risques en entreprise ?

Les différents types de risques d’entreprise
• le risque de marché ;
• le risque de crédit ou de contrepartie ;
• le risque de liquidité ;
• le risque opérationnel ;
• le risque politique, réglementaire ou légal

  1. Qui met en place la cartographie des risques ?
    A l’issue de son élaboration, le risk manager communique la cartographie des risques à l’instance dirigeante. Celle-ci valide formellement la stratégie de gestion des risques mise en œuvre.

  1. Quels types de risques la banque Doit-elle supporter au quotidien ?

L’activité d’une banque de marché et d’investissement consiste naturellement à se positionner sur les différents marchés financiers. De fait, la banque doit alors faire principalement face à deux types de risques : le risque de marché et le risque de contrepartie.

  1. Quels sont les enjeux de la cartographie ?
    L’enjeu principal de la cartographie, dans ces cas, est celui de présenter les différents points de vue en présence, mais de la manière la plus honnête et complète possible, pour que le lecteur de la carte puisse ensuite se faire sa propre idée.

  1. Pourquoi mettre à jour la cartographie des risques ?
    La cartographie des risques est aujourd’hui un véritable outil d’anticipation de leur impact car elle permet de visualiser de façon claire et précise les risques de votre entreprise sous la forme d’un graphique.

10. Quels sont les enjeux d’une démarche de gestion des risques ?

L’enjeu peut être éthique car elle permet de prendre en considération les risques auxquels nos collaborateurs peuvent être confrontés et dont la Direction n’a pas la connaissance. Il permet ainsi un diagnostic en amont systématique et exhaustif des facteurs de risques auxquels les collaborateurs sont exposés.

E. LEXIQUE

Cartographie des risques pdf

cartographie des risques excel

cartographie des risques exemple

cartographie des processus

les types de risques

management des risques

risque résiduel et risque inhérent