PRÉPARATION – EXAMEN CIA

 

  1. PRÉSENTATION 

Le titre d’Auditeur interne certifié (CIA® – Certified Internal Auditor) est la seule certification reconnue à l’échelle internationale pour les auditeurs internes.

Elle constitue la référence internationale et démontre les compétences et le professionnalisme des auditeurs internes. Le CIA atteste des aptitudes des auditeurs internes à jouer un rôle important dans leur organisation. Au terme du programme, les candidats sortent enrichis d’une expérience pédagogique, d’informations et d’outils leur permettant de pratiquer l’audit interne de façon professionnelle dans tous types d’organisations ou d’environnements de gestion.

Nous contacter : ohada.finance@gmail.com / Mobile et Whataaps(+225) 44 13 07 98.

2. OBJECTIFS

La certification CIA vous permettra de :

  • Prouver votre maîtrise de l’audit interne et votre professionnalisme,
  • Renforcer votre crédibilité au sein la profession et dans votre organisation,
  • Accéder à de nouvelles opportunités de carrière après l’examen CIA
  • Vous distinguer de vos pairs,
  • Développer vos connaissances des meilleures pratiques,
  • Poser les fondements de l’amélioration continue de vos compétences et de votre promotion,
  • Faire reconnaître vos compétences.

L’obtention du CIA est une étape importante et un avantage professionnel pour les auditeurs à tous les stades de leur carrière.

3. PROGRAMME DE FORMATION

Le programme de certification de l’examen CIA a évolué depuis janvier 2019.

Les examens CIA mis à jour sont effectifs :

 

4. MODALITÉS DE L’EXAMEN CIA

  • Acquérir notre base documentaire de l’examen CIA
  • Adhésion à l’iia à 100 USD J
  • Paiement des droits au programme de l’IIA à 115 USD
  • Paiement des frais d’examen (CIA 1 :280usd, cia2 :230usd, cia3 : 230usd)

 Mobile et Whataaps (+225) 44 13 07 98. Mail : ohada.finance@gmail.com

6. LE KIT CIA LEARNING

Le Kit CIA Learning system permet l’auto-formation. Ce dispositif vous permet de vous préparer au CIA dans des conditions optimales grâce à :

  • Supports électroniques d’auto-formation vous aidant à comprendre et à appliquer les trois parties du programme du CIA, régulièrement mis à jour pour tenir compte de l’évolution des normes et des pratiques ;
  • Un accès de deux ans à la plateforme CIA Learning System vous permettant d’accéder à :
    • Des questions test avant et après chaque section pour évaluer vos connaissances,
    • Un examen blanc pour vous familiariser avec le logiciel d’examen du CIA,
    • Des fiches mémo électroniques pour réviser les concept-clés,
    • Des comptes-rendus de progression pour suivre vos résultats.

  1. Présentation

La certification en audit interne revêt les caractéristiques de la blouse blanche du médecin. Elle inspire une présomption d’expérience, d’autorité ou de légitimité intellectuelle en matière d’audit interne. C’est qu’en effet, comme le souligne l’Institut des auditeurs internes (The IIA), le titre d’Auditeur interne certifié (Certified Internal Auditor® – CIA®) est « la seule certification acceptée dans le monde entier pour les auditeurs internes. Il reste la référence par laquelle les individus prouvent leur professionnalisme dans le domaine de l’audit interne. »

la préparation au CIA requiert une stratégie particulière et une approche tactique bien huilée. Le système d’évaluation peut être déroutant pour le candidat à l’examen du CIA qui s’y prend mal.

Je m’efforcerai de vous présenter l’examen du CIA (acte 1), puis les techniques de préparation à l’examen (acte 2) et, enfin, les trucs et astuces pour réussir son évaluation (acte 3). Le but étant de contribuer efficacement à la réalisation d’un score d’au moins 600 points, synonyme de validation de chacune des trois parties que compte l’examen.

  1. Chronologie

 

L’examen du CIA vise à évaluer les connaissances du candidat dans le domaine de l’audit interne. Depuis sa création en 1974, il a subi de nombreuses mutations. En 2013, un changement majeur a eu lieu avec un impact sur sa structure et la réduction du programme de quatre à trois parties.

 

Entre temps, en 2008, il a connu une autre révolution : le candidat peut désormais le passer dans un environnement entièrement informatisé. Les vétérans du CIA sont certainement encore nostalgiques de l’époque où il fallait se munir d’un crayon et d’une gomme pour passer l’examen. Le principal avantage de cette révolution est que le candidat peut le passer à tout moment, à condition que le centre d’examen choisi offre cette possibilité.

Qui Peut Etre Candidat à l’Examen et Comment S’inscrire ?

En règle générale, les candidats au CIA doivent avoir obtenu un diplôme d’études universitaires (Master 1 au moins) pour être éligibles à l’examen. Les étapes-clé vers la candidature et l’inscription à l’examen sont les suivantes:

  • Adhérer à l’Institut des auditeurs internes
  • Rédiger une demande d’inscription au programme de certification CIA
  • Compléter le formulaire de candidature
  • Fournir les justificatifs requis
  • S’inscrire à l’examen du CIA
  • Recevoir l’autorisation de passer l’examen
  • Planifier l’examen
  1. Le Format de l’Examen

Aujourd’hui, l’examen consiste en un ensemble de 325 questions à choix multiples (QCM) réparties comme suit : 125 questions pour la Partie 1 et 100 questions pour chacune des Parties 2 et 3. Le candidat dispose de 2 heures et 30 minutes (150 minutes) pour passer la Partie 1, et de 2 heures (120 minutes) pour chacune des Parties 2 et 3. En termes simples, le candidat dispose, en moyenne, d’environ 1 minute et 12 secondes pour répondre à chacune des 325 questions. Mais comme nous le verrons dans un prochain article, bien que le candidat doive garder à l’esprit cette statistique, il ne doit pas en faire une fixation.

L’une des principales critiques formulées à l’endroit du QCM est qu’il ne met pas en exergue la capacité du candidat à rédiger ou à s’exprimer. Cette assertion est en partie vraie. Mais cette critique ne devrait pas masquer ses nombreux avantages. La longévité de l’examen du CIA et surtout l’appréciation de la certification sur le marché de l’emploi attestent de la robustesse de ce système d’évaluation. Ses autres atouts sont : l’évaluation objective de la connaissance du candidat, sa capacité d’analyse, de synthèse et d’évaluation et, enfin l’automatisation des corrections et la publication instantanée d’un résultat, bien que non officiel.

    Les Fondements de l’Audit Interne
  1. Contenu

Dans les directives à caractère obligatoire de l’IIA, le candidat est évalué sur sa maîtrise de la définition de l’audit interne, du code d’éthique et du cadre de référence international des pratiques professionnelles de l’audit interne (en anglais IPPF) publié par l’Institut des Auditeurs Internes. Le chapitre sur le Contrôle interne et les risques revisite la typologie des contrôles (clé, préventif, détectif, correctif, etc.), les techniques de management du contrôle interne, l’utilisation des référentiels de contrôle interne, le vocabulaire et les concepts relatifs au risques, ainsi que la sensibilisation au risque de fraude. Le troisième ensemble porte sur les outils et techniques pour mener la mission d’audit. Il comprend la collecte, l’analyse et l’interprétation des données, la technique de documentation des travaux d’audit, la cartographie des processus qui font l’objet de l’audit.

  1. Commentaire et Stratégie Recommandée

Au candidat qui jouit d’une expérience en audit, je recommanderais de passer cette partie en premier (couplée avec la Partie 2 qui comprend aussi des concepts généraux d’audit). La réussite à ces deux parties – moins compliquées à mon humble avis –, constituerait une bouffée d’oxygène nécessaire à la préparation de la Partie 3 qui, elle, requiert plus d’investissement, surtout si le candidat n’est pas à l’aise dans les domaines de la comptabilité de gestion, des systèmes d’information et de la détection/prévention des fraudes.

  1. Partie 2 – La Pratique de l’Audit Interne
  1. Contenu

Cette partie comprend trois thèmes majeurs :

– la gestion de la fonction d’audit interne

–  la conduite des missions individuelles d’audit

– les risques de fraude.

Dans le premier chapitre, le candidat est testé sur les rôles stratégique et opérationnel de l’audit interne, ainsi que la méthode de développement d’un programme de travail annuel d’audit basé sur les risques.

 Dans le deuxième, le candidat est évalué sur les quatre principales phases d’une mission d’audit, à savoir : la planification, la conduite de la mission proprement dite, la communication des résultats et le suivi de la mise en œuvre des plans d’action.

 Le troisième thème accorde une part importante à la fraude et aux contrôles y relatifs. Il renferme entre autres les techniques de prévention/détection de la fraude, les techniques de sensibilisation au risque de fraude, les techniques d’interrogation et d’enquête en matière de fraude.

  1. Commentaire et Stratégie Recommandée

De même, au candidat qui jouit d’une expérience en audit, je recommanderais de passer cette partie en premier (couplée avec la Partie 1). De plus, le candidat qui jouit d’une expérience en matière de prévention/détection de fraude trouvera quelque peu “prenable” cette partie puisque sont couverts ici les notions générales de fraude en entreprise.

  1. Partie 3 – Notions Liées à l’Audit Interne
  1. Contenu

Suite à la refonte en 2013 du contenu et de la structure de l’examen, cette partie reprend désormais la majorité des thèmes antérieurement traités dans la Partie IV (Les compétences en gestion des affaires).Cette partie teste la connaissance des candidats sur les notions de :

  • gouvernance d’entreprise
  • continuité de l’activité,
  • gestion des risques,
  • structure organisationnelle et processus liés à l’activité de l’entreprise.
  • Sont aussi abordés dans cette partie les techniques de communication et l’aptitude du candidat à comprendre et à mettre en œuvre les concepts-clé tels que la stratégie d’entreprise, la gestion des projets et des conflits.
  •  
  • Enfin cette partie fait surtout la part belle à la gestion financière et l’environnement de l’entreprise (financier, économique, culturel, juridique et réglementaire).
  1. Commentaire et Stratégie Recommandée

La variété et l’étendue des thèmes traités dans cette partie la rendent quelque peu difficile aux yeux des candidats n’ayant pas le profil “classique” de gestionnaire financier et/ou comptable. Par contre, si le candidat présente ce profil, je recommanderais de passer la Partie 3 en premier. Ayant obtenu le boost nécessaire, il pourra alors s’attaquer aux Parties 1 et 2 de l’examen.

 

  1. Le Sésame au Bout de 325 Questions ?

Vrai, en partie seulement. Car un autre critère est requis : l’expérience en audit interne ou tout autre équivalent reconnu par l’Institut. En effet, le candidat doit justifier d’au moins 24 mois d’expérience dans le domaine de l’audit interne ou dans un domaine voisin, tel que l’audit externe, l’évaluation, l’assurance qualité, la conformité et le contrôle interne. Les candidats titulaires d’un Master 2 bénéficient d’une réduction substantielle, ils n’ont besoin que de 12 mois d’expérience pratique dans l’un des domaines sus-cités.

L’inscription à l’examen n’est pas conditionnée par l’accumulation préalable de cette expérience. Un jeune diplômé d’université peut passer l’examen et entreprendre le processus de certification une fois l’expérience requise acquise.

L’examen du CIA a subi et continuera certainement de subir des modifications au gré des mutations technologiques et économiques. Bien que son contenu, sa structure ainsi que les critères d’éligibilité aient évolué depuis 40 ans, son objectif majeur, lui, n’a pas fondamentalement changé : évaluer les connaissances du candidat dans le domaine de l’audit interne.

 Les stratégies de la préparation à l’examen ont été brièvement abordées dans le présent article. J’y reviendrai, plus en détail, dans le prochain article. Je présenterai alors les différentes techniques de préparation à l’examen, en exposant les atouts et inconvénients de chacune d’elles.

 

  1. CIA (3/4) : Comment S’y Préparer ?

Selon des sources non vérifiées, en moyenne un candidat sur deux à l’examen du CIA n’est pas reçu. L’examen commande donc un minimum de respect et une préparation adéquate. Motivation et volonté de réussir sont importantes pour créer un bon état d’esprit nécessaire à la préparation

 j’ai présenté le format de l’examen (questions à choix multiples) et son contenu (Parties 1, 2 et 3). Dans le présent article, je propose une stratégie de préparation qui prend en compte, entre autres, le choix du mode et du support de préparation, ainsi que les contraintes inhérentes à chacune des options stratégiques et tactiques envisagées.

Objectif, Discipline, Plan d’Etude, Discipline…

D’entrée, j’aimerais réitérer que la préparation à l’examen du CIA demande beaucoup de discipline, précédée par la fixation d’un objectif mesurable et atteignable, facteur-clé de succès. Par exemple : devenir CIA dans 12 ou 15 mois. Car sans la définition d’un objectif, la préparation peut s’éterniser et le projet de devenir CIA se transformer en une ambition extrêmement volatile, fragile, un vœu pieux. Le commandant à bord c’est bien vous et vous seul ! A vous les manettes !

Lors de l’élaboration de son objectif personnel, le candidat doit considérer sa situation familiale et ses engagements professionnels et sociaux. Car si votre plan d’étude demande par exemple 24 heures hebdomadaires, il va bien falloir les trouver et surtout leur accorder la priorité nécessaire. En d’autres termes, adieu les heures de facebooking ou de surfing non rentables, mise en veille des séries télévisées préférées, ou encore des soirées champions league. La préparation demande aussi un réaménagement des activités familiales ou sociales. L’équation se complique si le candidat est par ailleurs salarié à temps plein. 

S’agissant du calendrier d’étude, il doit être raisonnable et refléter, à la fois, les préférences du candidat, ainsi que ses capacités mentales et intellectuelles. Réviser le soir ou le matin ? Pendant combien de temps ? Dans tous les cas, il serait suicidaire de réserver des heures d’étude sur des plages horaires pendant lesquels nos méninges ne sont pas à 100% de leur potentiel. Souvenons-nous : l’examen du CIA vise à évaluer, sur un champ très vaste, le degré de compréhension et de maîtrise par le candidat des concepts liés à l’audit interne. Pour atteindre ce niveau, il vaut mieux être dans les conditions mentales idéales. Si cela commande que vous soyez debout à 4 heures du matin pour réviser, eh bien faites-le ! Sans hésitation ! La reconnaissance professionnelle au bout du chemin en vaut bien la chandelle. Pas vrai ?

La définition d’un plan d’étude efficace devrait aussi prendre en compte votre niveau réel. En d’autres termes, une évaluation ex-ante permettrait d’identifier vos forces et faiblesses dans chacune des trois parties de l’examen et de tailler une tactique d’étude sur mesure. Par exemple, si après pré-évaluation pour la Partie 3, vous avez de fortes lacunes en “Systèmes d’information et Continuité de l’activité” alors votre approche d’étude devra réserver la part belle à ce chapitre sur le double plan de l’investissement intellectuel et du temps à lui consacrer.

Les supports de préparation offrent des tableaux de bord pour le suivi de votre progression. Mais en général, ces tableaux ne sont pas flexibles. Par conséquent, si besoin est, n’hésitez pas à en bâtir un qui réponde à vos attentes

  1. Comment Etudier ?

Choisir un cadre calme et propice à la concentration est important. Au besoin, éteignez votre téléphone, désactivez le wifi si vous ne vous en servez pas, car un message sur Facebook ou Skype est vite arrivé… Cependant, accordez-vous des temps de pause pour vous rafraichir les idées.

Mener une étude active est le meilleur moyen de retenir les concepts. En effet la stimulation intellectuelle renforce notre capacité cognitive. Prendre des notes, surligner des concepts, paraphraser, reformuler… sont autant de bonnes pratiques à adopter. A la fin de la lecture, votre document devrait ressembler à un torchon que vous êtes le seul à comprendre ! Et aussi, écouter une vidéo de façon passive n’aide certainement pas à graver les concepts subtils de l’audit interne dans notre mémoire. Prenez des notes, faites des pauses. Au besoin revenez en arrière et réécouter un passage non précédemment compris.

Il est important de trouver des astuces personnelles pour répondre rapidement à certaines questions. Par exemple, si vous étudiez le chapitre sur la macroéconomie, l’utilisation et l’interprétation des graphiques et courbes peuvent aider à répondre à plusieurs questions relatives par exemple à la variation du prix, à l’inflation, au comportement de l’offre ou de la demande, etc.

A la fin de chaque chapitre, efforcez-vous de répondre tout de suite aux questions proposées pour s’assurer que les concepts ont été bien assimilés. Faites le maximum de questions par chapitre/partie, sans chercher à les mémoriser. Encore et encore. Par maximum de questions, j’entends toutes les questions contenues dans le livre (si applicable) et celles disponibles dans le CD ou sur la plateforme en ligne. N’hésitez pas à imprimer celles qui vous causent le plus de souci. Revisitez les raisons de votre échec tout en gardant à l’esprit que si vous n’avez pas compris le concept, la probabilité est grande que vous vous planterez à cette question à chaque fois.

J’ai le sentiment que les questions du CIA – ou d’autres certifications d’ailleurs – sont toujours les mêmes ; seuls varient, à mon avis, le contexte, les données chiffrées et la nuance proposée par l’examinateur. Lorsque vous proposez la mauvaise réponse, surtout ne vous découragez pas. Dites-vous qu’il vaut mieux que cela se passe dans le cadre douillet de votre salon, plutôt que dans l’ambiance surchauffée de la salle d’examen. Au besoin, retournez vers le livre pour relire le concept que vous n’avez pas compris. Dressez une liste de ces concepts récalcitrants et efforcez-vous de les éliminer de votre liste au fur et à mesure que la date de l’examen approche. A la fin de la préparation de chaque partie, prenez votre courage à deux mains et passez tout de suite l’examen blanc qui est vous proposé. Procrastination interdite

  1. Quid des Flashcards ?

C’est un must ! Personnellement, je les adore ! Si votre fournisseur n’en offre pas, je vous encourage à les développer, notamment au cours de vos lectures. L’objectif du flashcard est de vous aider à retenir les concepts « indisciplinés », qui se refusent inéluctablement à vous. Dans cette catégorie, j’inclus les définitions de mots-clés, les méthodes mnémotechniques personnelles que vous aurez développées au cours de votre préparation. Un bon flashcard doit avoir sur l’une des faces la question et, sur l’autre, la réponse.

Ma règle générale est la suivante : si vous avez des doutes, créez des flashcards personnels et mangez-les littéralement ! Utilisez vos flashcards partout où vous en sentez le besoin, faites-en des compagnons. Gardez-les toujours à portée de main !

  1. Suffit-il de S’exercer aux Questions?

Certains CIAs jurent avoir passé l’examen après s’être soumis seulement à la pratique des questions d’entraînement. Je leur accorde le bénéfice du doute. Pour le candidat bon stratège, s’entraîner aux questions peut en effet être un bon moyen d’apprendre les concepts fondamentaux de l’audit interne. La plupart des supports didactiques proposent des explications, notamment lorsque l’apprenant ne choisit pas la bonne réponse ou semble ne pas maîtriser le concept qui fait l’objet du test. Ainsi, à force de passer et repasser les questions, le candidat futé peut intelligemment répondre aux questions posées.

Mais pour le candidat moyen, cette pratique peut être non-gagnante. Car le risque de mémorisation des questions (et non des concepts y relatifs) est élevé. Le candidat réalise des scores de 85 voire 90% lors de la préparation et n’obtient malheureusement pas les 600 points requis lors de l’examen. La déception est alors grande ! Les fournisseurs de support de préparation ont compris cette carence et s’efforcent de varier leurs réponses (en affectant des lettres différentes – A, B, C, D) pour éviter que le candidat ne tombe dans le piège de la mémorisation.

  1. Que Retenir ?

La résolution de passer l’examen et d’obtenir la certification CIA devient concrète lorsque le candidat se fixe un objectif atteignable. La préparation à l’examen requiert un choix stratégique du mode et support de préparation. Elle exige surtout une discipline de fer caractérisée notamment par un changement d’habitudes au cours de la période de « stage bloqué ». Si votre entourage note que vous êtes moins présent ou que vous paraissez quelque peu “misérable”, rassurez-vous, vous êtes certainement sur la bonne voie, celle qui vous mène vers l’obtention de cette blouse blanche tant rêvée. 

nous nous sommes appesantis sur la préparation intellectuelle du candidat en présentant la structure et le contenu de l’examen et en suggérant quelques techniques et formules de préparation. Dans le présent article, nous évoquons le système de notation de l’examen et son impact sur la stratégie à adopter. Puis nous proposons 9 tactiques qui, bien exécutées, peuvent raisonnablement aider le candidat à braver l’examen du CIA.

  1. Scoring et Stratégie

Le candidat doit garder à l’esprit les 4 éléments suivants, facteurs déterminants qui influencent la stratégie générale et la tactique à adopter lors de l’examen :

  • Facteur 1 : L’examen est constitué à 100% de questions à choix multiple (QCM). il comprend trois parties pour un total de 325 QCM.
  • Facteur 2 : Il existe une forte probabilité que toutes les questions aient le même coefficient.
  • Facteur 3 : Il est aussi fort probable que l’Institut applique un système de notation positive. En d’autres termes, le candidat qui soumet une mauvaise réponse ne reçoit pas de pénalité.
  • Facteur 4 : Enfin, ne pas répondre à une question équivaut à soumettre une réponse erronée.

L’examinateur utilise un barème de notation allant de 250 à 750 points. Pour valider une partie, le candidat doit réaliser un minimum de 600 points soit au moins « 16/20 », pour une meilleure illustration.

 La question fondamentale pour le candidat est la suivante : comment faire pour obtenir au moins les 600 points ? Une stratégie peut être formulée comme suit : répondre vite et bien ! Notons qu’il n’existe pas de stratégie unique pour réaliser l’objectif des 600 points minimum. Mais quelle qu’elle soit, la stratégie adoptée peut se résumer ainsi : se préparer, comme en sport de haut niveau, sur les plans intellectuel, mental et même tactique !

  1. Tactiques

Les tactiques développées ici visent à mettre en œuvre la stratégie définie plus haut, à savoir répondre vite et bien. Le candidat doit, autant que faire se peut, s’entrainer à appliquer ces méthodes pendant la phase de préparation. En effet, seul l’entrainement régulier permet au candidat d’être mieux outillé, en l’aidant à développer deux aptitudes : i) reconnaitre rapidement le cas de figure que propose la question et ii) appliquer la tactique adaptée.

Les propositions suivantes sont la résultante de mon expérience personnelle et ne constituent en aucun cas des vérités universelles ou absolues

examen cia 2019

prix certification cia

diplome professionnel d’audit interne

cia learning system version française gratuit

cia audit

iia

certification audit interne canada

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s